"Le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde à apparaître, et dans ce clair-obscur surgissent les monstres" - Antonio Gramsci

vendredi 31 octobre 2014

Notre Dame des Landes samedi 8 novembre 14h : Marche solidaire contre les violences policières et judiciaires

Les membres et sympathisants du Collectif Copain44 sont révoltés par la mort de Rémy Fraisse, dramatique conséquence, tristement prévisible, de la volonté du pouvoir en place de réprimer par la violence policière et judiciaire l’expression de toutes nos contestations citoyennes. 

Nous demandons que la responsabilité, non seulement de l’homme qui a lancé la grenade meurtrière, mais de tous les échelons de la hiérarchie décisionnelle qui ont mis en place les conditions de ce terrible drame, soient établies, reconnues et sanctionnées. Nous demandons l’abandon immédiat de l’utilisation de toutes les armes dites « non létales » qui ont déjà tant de fois mutilé et tué, au Testet et ailleurs. 

Bien que révoltés, nous refusons de répondre par la violence et la destruction à cette violence institutionnalisée. 

Les chiens de la défunte République, par Hélène Duffau*


Il y a quelque chose de pourri au royaume de France. Quelque chose d’odieux qui monte insidieusement. Quelque chose de malsain qui ressemble au fascisme sans en endosser le nom. L’autoritarisme d’une meute de mâles dominants. Arc-boutés sur leurs mensonges, phagocytés par leurs trahisons et leur coercition d’éternels « obligés ». 

Il y a quelque chose de pourri au royaume de France quand, pendant trois ans, un collectif de sauvegarde demande la discussion sur le sujet controversé d’un projet de barrage qui pue la magouille, sans jamais obtenir la moindre audience. 

Quelque chose de pourri quand, au royaume de France, un conseil général flanqué de l’État décrète le lancement de travaux alors que des décisions de justice sont en instance. 

Paquet Énergie-Climat 2030 : l'Union Européenne prépare la catastrophe climatique, par la commission écologie d'Ensemble!


« Par l’accord conclu sur l’énergie et le climat, l’Europe a su se montrer volontaire, créative et visionnaire » telle est la propagande officielle du Ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie. Avec son objectif de 40% de réduction des émissions d’ici 2030, l’UE peut faire illusion, mais du point de vue scientifique, le compte n’y est pas. Il est même deux fois moins important que ce qui serait nécessaire pour répondre aux recommandations du Groupe Intergouvernemental d'Experts sur le Climat (GIEC). 

L’objectif étant de limiter les émissions de 80% d’ici 2050 (par rapport à 1990) pour ne pas dépasser une hausse globale de température de 2°C, il est évident que l’effort est une fois de plus reporté à plus tard. Les objectifs en matière d'énergies renouvelables (27% en 2030) ne marquent pas la volonté de faire croître les renouvelables pour en faire la source majeure de production énergétique, d'autant plus qu'aucune contrainte nationale n'accompagne ce trop modeste objectif. Quant aux objectifs d'efficacité énergétique, ils sont encore moins ambitieux que les évolutions en cours. 

jeudi 30 octobre 2014

Solidarité Kobanê :manifestation à Nantes samedi 1er novembre 16h Place Royale - Appel du Front de Gauche


Depuis plus d’un mois les forces kurdes de Kobané résistent héroïquement à l’offensive menée par l’Organisation de l’Etat Islamique. La chute de cette ville entraînerait des massacres comme cela a déjà été malheureusement le cas ailleurs en Irak notamment contre les populations refusant de faire allégeance à l’Etat Islamique qu’elles soient kurdes, qu’elles appartiennent à des minorités religieuses (yazidis, chrétiens) ou que sunnites elles refusent tout simplement d’accepter ce sinistre projet ultra réactionnaire. 

La résistance de Kobane doit être comprise comme un élément déterminant du combat démocratique dans la région. Sa chute constituerait un coup terrible pour le peuple kurde et renforcerait le président turc Erdogan dont le régime s’enfonce chaque jour dans l’autoritarisme et a été d’une complaisance coupable avec l’Organisation de l’Etat Islamique. 

La jonction avec les forces démocratiques de la révolution syrienne, qui combattent contre le régime dictatorial de Bachar El assad et contre l’Organisation de l’Etat Islamique, dont des détachements combattent auprès des kurdes à Kobane, est ainsi importante. 

mercredi 29 octobre 2014

Nantes samedi 1er novembre 16h Place Royale : manifestons en solidarité avec Kobane - Appel d'Ensemble!


Le samedi 1er novembre sera la journée de solidarité internationale avec Kobane. En France, la plateforme appelant à manifester est très large, regroupant le mouvement kurde autour du PKK et de nombreux associations, syndicats et partis (dont Ensemble! et les partis du Front de Gauche).

L’importance de l’enjeu de cette journée ne doit échapper à personne. Il s’agit de comprendre pourquoi il faut manifester le 1er novembre afin d’élargir le plus possible la base de cette solidarité internationaliste. 

Nous devons nous mobiliser parce que : 

- Les combattants de Kobane doivent savoir qu’ils ne sont pas seul-e-s, qu’ils sont soutenus non seulement par la diaspora kurde mais également par les militants anticapitalistes et internationalistes des pays occidentaux. 

En finir avec les grands projets inutiles, imposés et meurtriers, par Maxime Combes et Nicolas Haeringer*


La mort de Rémi Fraisse a montré l’indignité d’un gouvernement qui y a réagi par le mépris. Elle résulte surtout du soutien aveugle à un projet aberrant, et du choix de criminaliser les mobilisations plutôt que de favoriser les expériences citoyennes. La violence policière qui s’exerce depuis plus de deux mois sur la zone humide du Testet a abouti à la mort de Rémi Fraisse. 

Les circonstances exactes de son décès ne sont pas encore connues, même s’il apparaît de plus en plus clairement qu’il a été touché par un projectile (probablement une grenade assourdissante) tirée par les gendarmes mobiles. Il est surtout certain que Rémi serait encore vivant si les promoteurs du barrage ne s’étaient pas entêtés à poursuivre des travaux, controversés et injustifiés, conduits sous une répression brutale des opposants au projet. 

mardi 28 octobre 2014

"L'avenir de l'agriculture nous concerne tous ! Nous sommes solidaires des militants de la Confédération paysanne. Nous réclamons leur relaxe !" - Déclaration de soutien à la Confédération Paysanne


Le 28 octobre 2014, neuf militants de la Confédération paysanne sont convoqués devant le tribunal d’Amiens. Leur crime ? Avoir réalisé un tag géant et avoir démonté quelques engins de chantier et une salle de traite. 

Mais ce n’est pas le plus grave. Ce qui les conduit aujourd’hui devant les juges, c’est de s’en être pris à l’usine des 1000 vaches, d’avoir refusé l’industrialisation de l’agriculture, d’avoir choisi l’action plutôt que de se résigner à disparaître. 

Le nombre de paysans est en chute libre. La modernisation, qui a d'abord permis d'améliorer les conditions de travail, a conduit à une industrialisation de l'agriculture qui détruit progressivement le secteur. Il n'est plus question de sélectionner des semences à la ferme. Les industriels font la loi et nous imposent leurs OGM.

Le 28 octobre, soutien aux 9 de la Confédération paysanne !, par le Front de Gauche de l’agriculture


Le Front de Gauche de l'agriculture appelle ses militants, sympathisants et les citoyens en général à se mobiliser le mardi 28 octobre prochain en soutien aux 9 de la Confédération paysanne à l'occasion de leur procès à Amiens. 

Ce procès s'inscrit dans un contexte de criminalisation de l'action syndicale alors que les militants et salariés de la Confédération paysanne se mobilisent au nom de l'intérêt général contre une nouvelle phase d'industrialisation de l'agriculture, qui menace des dizaines de milliers de fermes dans toute la France, la vie économique et sociale de territoires entiers et la qualité de notre alimentation. 

lundi 27 octobre 2014

Mort en s'oposant à un projet inutile, par Ensemble!

La manifestation nationale de soutien au mouvement des opposants à la destruction de la zone humide du Testet dans le Tarn a eu lieu samedi 25 octobre pour l'essentiel dans le calme. Mais des incidents graves et violents, opposant gendarmes mobiles et opposants au projet du barrage ont eu lieu tard dans la nuit du 25 au 26 octobre. Suite à ces incidents, un jeune homme de 21 ans, Rémi Fraisse est décédé. 

La mort de ce jeune homme n'est pas un accident, mais un crime. Un crime qu'on peut imputer à tous ceux qui s'obstinent depuis des mois à imposer par la violence, un grand projet inutile bafouant la démocratie, la mobilisation citoyenne, le respect de la biodiversité. 

La répression est brutale depuis le début du conflit, s 'accélérant ces dernières semaines. Des dirigeants politiques,des élus, avec l'aide des pouvoirs administratifs publics refusent même tout débat démocratique et ne respectent pas les décisions de justice. 

Un crime du pouvoir socialiste, par Hervé Kempf (Reporterre)


Le décès de Rémi Fraisse au Testet est le résultat d’un crime : celui des responsables socialistes qui ont piétiné la loi et la démocratie pour ne laisser d’autre issue que la violence. Le drame qui s’est déroulé près d’une rivière où, voici quelques semaines, s’épanouissait une forêt vivante, n’est pas un accident. C’est un crime. 

Nous n’affirmons pas ici qu’une grenade ou un autre projectile lancé par les forces de « l’ordre » a touché mortellement le jeune Rémi Fraisse. Les témoignages que nous publions incitent à le penser, mais nous attendons le résultat de l’autopsie et d’autres témoignages indiscutables pour déterminer notre conviction. 

Un jeune de 21 ans est mort sur le site de Sivens, par les Alternatifs 81


Plusieurs milliers de manifestants y étaient rassemblé-e-s pacifiquement pour y affirmer leur 'opposition au barrage. Les circonstances précises du drame, ne sont pas encore connues. Ce que nous savons, c’est que les tirs de lacrymogènes, de grenades assourdissantes et de flash ball n'ont pas cessé durant toute l'après midi de samedi et se sont poursuivis en soirée et durant toute la nuit. 

Les Alternatifs s’inclinent devant cette mort inutile. Nous ne connaissons pas, à l’heure actuelle, ni les circonstances exactes ni les causes de ce décès. Nous ne pouvons qu’exiger que toute la lumière soit faite.

"Mettre un coup d’arrêt aux politiques en cours, imposer d’autres choix, cela ne peut se faire sans la mobilisation des salarié-es, sans l’intervention citoyenne" - Mobilisation nationale le 15 novembre !


La coupe est pleine ! Le pays s’enfonce dans la crise avec son cortège de misère, de chômage, de précarité, de violentes divisions. Depuis des années la droite et, depuis 2012, François Hollande, les gouvernements Ayrault et Valls poursuivent le même but dans le cadre des traités européens et en accord avec les dirigeants de l’Europe libérale : austérité, compétitivité par la baisse du coût du travail, reculs sociaux, coupes claires dans les dépenses publiques.

Ces politiques ont échoué partout comme elles échouent en France : elles nourrissent la crise, creusent tout à la fois les inégalités et les déficits. 

Dans son immense majorité le peuple rejette cette politique imposée sans débat et avec autoritarisme. Cette situation créée une grave crise politique dont la droite et l’extrême-droite porteuses de graves projets de régression tentent de tirer profit.

dimanche 26 octobre 2014

Forte poussée du chômage en Loire Atlantique en septembre

Les chiffres du chômage dans le département à fin du mois de septembre sont mauvais : 609 inscrits supplémentaires en catégorie A, faisant passer les inscrits de 62 236 à 62 845. Si on se réfère à l’année, la hausse est de 2735, soit près de 5%. 

Toute catégorie confondue, le nombre de demandeurs-ses d’emplois recensés en Loire atlantique atteint le chiffre record de 106 597 contre 100 472 un an plus tôt, plus de 6%. 

Sans surprise, la progression du chômage est la plus importante chez les hommes de plus de 50% avec une hausse de 13,7%. Les charrettes sociales annoncées, SEITA Carquefou notamment, devraient encore aggraver une situation de l’emploi dramatique. 

samedi 25 octobre 2014

Non à la modulation des allocations familiales !, par le Front de Gauche


Avec l'annonce de la modulation des allocations familiales en fonction des revenus, le gouvernement Hollande-Valls porte un nouveau coup à la protection sociale. Le comble est qu'il prétend le faire au nom de la justice sociale ! 

C'est tout le contraire : les allocations familiales ne sont pas une "aide sociale", mais bien une partie socialisée du salaire. 

L'universalisme n'est pas un principe abstrait : c'est la condition même pour que les prestation soient des droits pour tou/tes, et non une aumône consentie à des "assistée-es". Avec la modulation, ceux qui financent ne seront plus principalement les bénéficiaires des allocations. Les premiers ( les ménages imposables sur le revenu, puisque les entreprises ont déjà été largement exonérées) seront d'autant plus attentifs aux sirènes du "ras-le-bol fiscal". 

jeudi 23 octobre 2014

Fichage des journalistes sur NDDL ? Toute la vérité doit être faite.


Dans son livre "Insoumise", Delphine Batho, ancienne ministre de l'écologie du gouvernement Ayrault, indique avoir été témoin du fichage des journalistes en charge du dossier de Notre Dame des landes, en fonction de leurs opinions supposées sur ce dossier. Interrogé par Presse Océan, l'ancien Premier ministre ne dément pas mais indique "ne pas avoir eu connaissance d'un tel document" que son ex-ministre affirme avoir découvert lors d'une réunion interministérielle. 

Nous publions ci-dessous le communiqué du Club de la presse Nantes Atlantique, l'article de Presse Océan et l'entretien de Delphine Batho au Télégramme.

Pour Ensemble!44, toute la vérité doit être faite sur la réalité des accusations de Mme Batho et sur la responsabilité des responsables politiques d'alors, et en premier lieu bien sûr de l'ancien Premier Ministre.