"Un monde sans utopie c'est un monde dont le regard est tourné vers le passé" - Enzo Traverso

vendredi 24 juin 2016

Après le référendum britannique, par François Coustal (Ensemble !)


51,9% des électeurs et des électrices britanniques se sont donc prononcés pour la sortie de l’Union européenne. Sans surprise, en France comme en Europe, la classe politique et médiatique se lamente et présente le choix du Brexit comme un triomphe des « populistes et des nationalistes », de l’extrême droite. Qu’en est-il vraiment ?

Ce qui est absolument indéniable est que, à l’occasion de ce référendum, la campagne pour la sortie de l’UE s’est déroulée totalement sous influence de l’extrême droite (notamment l’UKIP, le Parti pour l’indépendance du Royaume-Uni) et de la droite extrême eurosceptique (celle du Parti conservateur). La rhétorique dominante a été celle du retour à la souveraineté du Royaume-Uni, voire à la réaffirmation de l’identité britannique. 

Le mépris ça suffit ! Le gouvernement doit entendre !, par l'intersyndicale CGT, CGT-FO; FSU, Solidaires, UNEF


La journée du 23 juin a démontré une nouvelle fois la grande détermination des salarié-es, jeunes, privé-es d’emplois et retraité-es, à poursuivre la mobilisation pour obtenir le retrait du projet de loi Travail et des nouveaux droits. De nombreuses actions multiformes ont eu lieu dans tout le pays, malgré toutes les tentatives du gouvernement pour discréditer le mouvement social, en agitant la peur et la remise en cause des libertés fondamentales à travers l’interdiction du droit à manifester à Paris. 

Des manifestations qui accélèrent la crise politique, par Jean-Claude Mamet (Ensemble!)




Le mouvement de lutte contre la loi travail a incontestablement remporté une victoire politique le 23 juin, en rétablissant le droit de manifester, mais surtout en faisant plier Manuel Valls le boutefeu de Matignon qui ne songe qu’à sa carrière politique. Même l’éditorialiste Michel Noblecourt, qui écrit chaque jour des tableaux cauchemardesques sur l’isolement de la CGT, est cette fois obligé de le reconnaitre : « La CGT et FO ont obtenu l’essentiel : elles ont fait plier le gouvernement » (Le Monde 24 juin).  

Après le Brexit, refaire l’Europe, par Catherine Tricot (Regards)


Le Brexit marque une énième faillite de la construction européenne, devenue confiscation européenne. Une nouvelle idée de l’Europe s’impose : celle des origines de ce rêve, celle des peuples. 

Les Britanniques, jeunes et vieux confondus, ont participé massivement au référendum imposé à David Cameron. Ils ont voté "leave" à 52%. Ils ont choisi la sortie de l’Union au terme d’une campagne exceptionnellement dure, voire violente. Cette campagne a été l’occasion d’entendre des discours xénophobes que l’Angleterre avait enfouis depuis les années 30. 

« Ensemble! » appelle à voter non à l'aéroport le 26 juin


La résistance prolongée au projet, ancien, de construction d'un aéroport à Notre Dame des Landes a contraint le gouvernement à décider de l'organisation d'une consultation limitée aux seul-e-s habitant-e-s de Loire-Atlantique. 

L'argument du transfert de Nantes Atlantique ayant fait long feu, les partisans du projet font miroiter le développement économique et les créations d'emplois. 

jeudi 23 juin 2016

Contre l’intimidation technologique des manifestants, pour la liberté d’expression et de manifestation


D’après l’Association des chrétiens pour l’abolition de la torture, ACAT, en France, entre 2004 et 2015, 39 blessés graves et un mort sont imputables à l’usage des lanceurs de balle, « essentiellement des jeunes et des personnes issues de minorités visibles ».

Le 16 juillet passé, le Défenseur des droits, Jacques Toubon, a recommandé « d’interdire l’usage » du Flash Ball superpro « dans un contexte de manifestation ». Il a aussi demandé « la réintroduction de certaines précautions d’emploi (zones de tir, avertissements) » pour l’usage des LBD, lanceurs de balles 40/46, une arme, plus puissante et plus précise que le Flash-Ball, classée comme « matériel de guerre ». 

mercredi 22 juin 2016

Le devoir de manifester, par Edwy Plenel (Médiapart)


Manifester est un droit constitutionnel, celui d’exprimer collectivement des opinions. En interdisant le défilé souhaité par des organisations syndicales représentatives, le pouvoir viole la loi fondamentale qui garantit les libertés de chacun-e d’entre nous. 

Notre devoir est de résister à ce coup de force afin de défendre notre idéal commun, la démocratie. 

Dans sa fuite en avant, la présidence Hollande avec son bras armé, le gouvernement Valls, compromet l’essentiel : la démocratie. La démocratie comme idéal, horizon et exigence. Ce langage commun qui nous permet d’échanger, de délibérer et de décider par-delà nos sensibilités diverses. Cette culture partagée qui nous permet de faire chemin les uns vers les autres dans le respect du contradicteur, voire de l’adversaire.

Manifestation du 23 juin : la volte-face d’un exécutif aux abois, par Clémentine Autain


Interdiction puis autorisation sur un parcours restreint : c’est un gouvernement en perdition qui ajoute la confusion à sa volonté de répression du mouvement social et à son tropisme néolibéral. Le revirement sauve la face, mais pas le fond d’une stratégie de la tension et de l’obstination. 

La décision d’interdire la manifestation contre la loi El Khomri a sonné comme un coup de tonnerre… à tel point qu’il a fallu pour le gouvernement prendre le chemin du renoncement. Une telle interdiction eut été du jamais vu depuis la guerre d’Algérie, où la manifestation de Charonne interdite par le préfet Papon déboucha sur neuf morts. 

La manifestation du 23 juin interdite : une grave atteinte aux libertés publiques


La préfecture de police vient d'interdire la manifestation du 23 juin, à Paris, contre la loi Travail, appelée par sept organisations syndicales. La préfecture et le gouvernement voulaient cantonner les manifestant-e-s à un rassemblement statique. 

A juste titre, l'intersyndicale l'a refusé et a proposé des parcours alternatifs. En pure perte. 

Cette décision est une forfaiture, une atteinte intolérable à la démocratie, aux libertés publiques, à la liberté syndicale, aux principes constitutionnels fondamentaux. 

Notre-Dame-des-Landes, à quatre jour de la consultation

Conférence de presse le 22 juin

A quelques encablures de la consultation du 26 juin prochain sur le transfert de l’aéroport de Nantes Atlantique sur la commune de Notre-Dame-des-Landes, les organisations de la coordination des opposants mènent une campagne citoyenne dynamique et unitaire, multipliant informations, débats, et distributions de tracts aux quatre coins du département. 

Côté promoteurs du projet c’est plus compliqué, même si les moyens mis à disposition sont conséquents. Préfecture, Direction Générale de l’Aviation Civile et dirigeants du groupe Vinci ont même carrément refusé de répondre aux interrogations de la presse locale sur le contenu actuel du projet d’aéroport. 

mardi 21 juin 2016

Hommage à Benoite Groult, écrivaine et militante féministe


Le groupe Nouveau Monde en Commun* rend hommage à la grande écrivaine et militante féministe, que fut Benoîte Groult. Née en 1920, elle était une des figures les plus marquantes du combat féministe. Elle fut la première à décrier publiquement la pratique de l’excision. 

Voici quelques extraits choisis : 

"Demeurer, ce n’est pas seulement habiter quelque part, c’est y rester. On ne demeure plus aujourd’hui ; on réside çà et là, on déchiquette le temps en lambeaux, la terre en morceaux interchangeables ; on annule la nature, on tue les saisons : on exige le Kenya en janvier, la piscine en plein air dans la neige, et la Russie des tsars en Union soviétique pour une somme dérisoire et forfaitaire. 

Notre-Dame-des-Landes : pourquoi c'est NON !


Le 26 juin, votons "Non" au transfert à Notre-Dame-des-Landes !


Le 26 Juin, nous électeurs et électrices de Loire-Atlantique, sommes appelé.e.s à nous exprimer lors de la consultation sur le transfert (la construction et l'exploitation) d’un nouvel aéroport à Notre Dame des Landes. 

En effet, la dénonciation publique des irrégularités et mensonges émaillant toute la procédure de ce projet a fini par amener le gouvernement à décider d’une consultation citoyenne le 26 Juin, limitée au périmètre de la seule Loire-Atlantique, périmètre où la probabilité que le « OUI » puisse l’emporter était la plus forte. 

Bien que cette consultation soit présentée comme un débat démocratique, elle est tronquée et ne sera qu’un élément de plus du dossier NDDL. Cependant, elle permettra d’exprimer par notre vote « NON », les incohérences de ce projet. 

La «coluchisation» de la politique, par Noël Mamère


Trente ans, jour pour jour, après la mort absurde en moto de Michel Colluci, le rêve de l’humoriste est en train de se transformer en réalité. Les pitres remplacent les hommes politiques, ceux-ci ayant cessé d’être drôles aux yeux de leurs électeurs. En Italie, à Rome, mais aussi à Turin, deux jeunes femmes viennent de remporter la mairie. Elles sont membres du Mouvement cinq étoiles du comique Beppe Grillo qui, en 1985, avait partagé l’affiche du « fou de guerre » avec Coluche. 

Ce mouvement, fondé en 2008, n’a cessé de dénoncer la corruption et le clientélisme de ceux qui font profession de la politique. Comme Coluche en 1981, Beppe Grillo a fondé son succès sur la défiance des citoyens envers un système où droite et gauche de gouvernement pratiquent la même politique, s’asseyant sur leurs promesses, trahissant leurs électeurs, gaspillant l’argent public, promotionnant les intérêts des lobbies contre l’intérêt général… 

A propos de la primaire de la belle alliance du PS, par Jean-Luc Mélenchon


Le Parti socialiste vient de tenir un conseil national où la loi El Khomri, l’État d’urgence et le mouvement social n’étaient pas les sujets de discussions. Il est donc impossible d’analyser la position du parti au pouvoir par rapport à ce qui occupe pourtant l’esprit de tous les Français. 

Par contre, le PS a longuement débattu pour adopter à l’unanimité un calendrier de travail concernant la préparation de l’élection présidentielle. Il décide d’organiser une primaire soit avec « toute la gauche », soit dans l’espace de la belle alliance populaire » créée au mois de mars dernier.