"Le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde à apparaître, et dans ce clair-obscur surgissent les monstres" - Antonio Gramsci

samedi 13 septembre 2014

De la parole aux actes ?, par Pierre Khalfa


Que penser des remous au PS ? S’agit-il d’un théâtre d’ombres ou de fractures internes porteuses de bouleversements politiques ? La question divise dans le Front de gauche. 

L’analyse couramment admise dans nos milieux, c’est que le PS avait, suite au “tournant de la rigueur” de 1983, basculé dans le social-libéralisme, lequel par temps de crise se transformait en néolibéralisme comme le montraient les exemples grec, portugais ou espagnol. En France, le PS ne pouvait que suivre la même trajectoire et l’existence d’une “gauche” en son sein ne pouvait être qu’anecdotique. 

Cette analyse reste juste quant aux évolutions de fond du PS. Elle a cependant sous-estimé les remous que le passage du social-libéralisme au néolibéralisme allait entraîner en son sein.

vendredi 12 septembre 2014

Les petites retraites seront aussi gelées, par Ensemble


Contrairement à la promesse faite par M. Valls, les retraites inférieures à 1200 euros par mois ne seront pas revalorisées au 1er octobre. Ce qui représente pour les 6,5 millions de retraitéEs concernéEs un perte de 11 euros par mois. C'est ce qu'a annoncé le ministère de la Santé aujourd'hui 12 septembre. En cause, la trop faible inflation. 

Il n'empêche : parmi les 15 millions de retraitéEs, combien sont en-dessous du seuil de pauvreté, malgré une vie de travail ? Plus de 9% en 2011 selon le Conseil d'Orientation des retraites (COR). 

Barrage Sevens à Testet : pendant la mission d’expertise du MEDDE, le massacre de la zone humide continue ! Rassemblement de soutien samedi 13 septembre à Nantes


Lundi 8 septembre, alors que plus de 200 opposants (des associations écologistes et altermondialistes, de la Confédération Paysanne, de la ZAD, des particuliers…) avaient empêché le déboisement jusqu’à 16h, la Ministre Ségolène ROYAL a décidé de nommer une mission d’expertise « pour favoriser le dialogue et vérifier les garanties d’une gestion durable de la ressource en eau ». Le Collectif Testet s’est félicité de cette décision qui répond à sa demande d’experts indépendants du Conseil Général et de la CACG et à son appel à l’apaisement. 

Les experts sont arrivés à Albi hier pour des auditions durant les journées de jeudi et vendredi. Le Collectif Testet était la première organisation invitée ce matin à rencontrer les deux experts. France Nature Environnement (FNE) Midi-Pyrénées sera elle reçue vendredi matin. 

Assemblée de rentrée du Front de gauche : un point d’appui pour aller plus loin


Le 6 septembre s’est tenue l’assemblée de rentrée du Front de gauche (FdG). C’était la première du genre. La composition de cette assemblée était caractéristique du fonctionnement du FdG qui combine la présence d’organisations politiques, de structures de base « les assemblées citoyennes », de structures transversales « les fronts thématiques » et d’individus non encartés. 

Il s’agissait d’avoir lors de cette journée une photographie aussi fidèle que possible de cette réalité. Y ont ainsi participé des représentants des fronts thématiques, des assemblées citoyennes lorsque celle-ci avaient une réalité effective, des représentants des composantes politiques, et des « personnalités » non encartées, qui avaient ou non participé aux travaux du Conseil national, et qui se reconnaissent dans l’activité et le positionnement du FdG. Environ 200 personnes étaient présentes, majoritairement issues des forces politiques constitutives du FdG, dont une importante délégation d’Ensemble. 

jeudi 11 septembre 2014

Notre Dame des Landes : lettre ouverte à Monsieur Manuel Valls, Premier ministre


Notre Dame des Landes, le 9 septembre 2014 

Monsieur le Premier ministre, 

Dans la chronique matinale d'Europe 1 du mercredi 27 août, il a été rapporté des propos que vous auriez tenus à Jean-Vincent Placé au sujet de l'annulation du transfert de l'aéroport de Nantes-Atlantique à Notre-Dame-des-Landes en raison de son coût. Même si nous savons bien que vous pouvez difficilement confirmer publiquement ces propos tenus en privé, nous aimerions cependant une clarification rapide sur ce dossier. 

Ce projet, inutile, coûteux et destructeur est financé pour près de la moitié par l'argent public et l'opération risque de coûter encore beaucoup plus cher à l'État et aux collectivités locales avec les projets à long terme de liaisons ferroviaires et la nécessité immédiate de maintenir une piste à Nantes-Atlantique pour l'usine Airbus. Autour de cette usine, sur une zone économique très vaste et dynamique, les projets ne manquent pas. Le maintien de l'aéroport loin d'être un frein à ce s projets est au contraire un atout supplémentaire. 

mercredi 10 septembre 2014

Maïs, armée et globalisation: c’est le barrage du Testet, dans le Tarn, par Geneviève Azam (ATTAC)


L’agriculture industrielle – ici à Sivens, dans le Tarn, celle du maïs – ne nécessite plus seulement de l’eau, des tracteurs, des engrais et pesticides. Elle doit éradiquer d’autres « nuisibles », des citoyens engagés, des « zadistes », des grévistes de la faim, certains enterrés, qui résistent face à une armada de machines guerrières hallucinantes, broyeuses géantes et bulldozers, encadrés de garnisons de gardes mobiles. 

Gazez ! Voilà ce qui résonne des ordres de la police, à intervalles réguliers, pour supprimer les nuisibles et assurer la marche en avant des monstres lancés sur la forêt et ses occupants. Ici au Testet, il suffit de se poster tout près des garnisons en action pour voir défiler en condensé les promesses de l’agriculture productiviste. 

mardi 9 septembre 2014

Seita Carquefou : colère ouvrière - Rassemblement vendredi 12 septembre 10h devant la Préfecture de Nantes


Impérial Tobacco a décidé de fermer, début 2015, l'usine Seita de Carquefou et de transférer l'activité en Pologne, laissant les 327 salariés sur le carreau. Depuis l'annonce de cette fermeture, les salariés, avec leurs syndicats CGT et SUD, ne cessent de se mobiliser pour exiger du gouvernement l'annulation de cette fermeture et contraindre la direction de la multinationale à payer au prix fort tout licenciement :
- 2.5 mois de salaire par années d'ancienneté avec un plancher à 40 000 €.

- 480 000 € par salarié impacté (40 000 € de bénéfice par salarié X 12 mois)

- 18 mois de congé de reclassement

- 100 000 € pour un pack création/reprise d'entreprise

"Les mobilisations sociales, les réactions citoyennes sont indispensables pour casser l’offensive du gouvernement et du Medef" - Déclaration du Front de Gauche


La politique suivie par le Président et le Premier ministre entraîne notre pays dans une grave crise économique, sociale, démocratique et politique. 

Crise économique que traduisent tous les indicateurs ; crise sociale avec un chômage qui s’enracine, la précarité et la pauvreté qui s’accroissent et les protections sociales qui sont constamment rognées ; crise démocratique avec un parlement, des élu-e-s territoriaux, des syndicalistes jamais écoutés et souvent pas consultés ; crise politique du fait de la fuite en avant néolibérale de ce pouvoir contestée au sein même de sa majorité politique. 

Ces crises alimentent un repli identitaire et nationaliste qui favorisent la désignation de boucs émissaires et font progresser la xénophobie et tous les racismes. 

lundi 8 septembre 2014

Hôpital : Adresse aux élu-e-s et responsables politiques, par SUD Santé Sociaux


SUD Santé Sociaux alerte sur la dégradation du climat social dans les établissements hospitaliers publics et privés non lucratifs français. L’expression de cette dégradation se concrétise à travers un mouvement de résistance qui s’est baptisé « Convergence des Hôpitaux en Lutte contre l’Hôstérité » et la manifestation du 23 septembre 2014.

Madame, Monsieur, 

La Fédération SUD Santé Sociaux vous alerte sur la dégradation du climat social dans les établissements hospitaliers publics et privés non lucratifs français. L’expression de cette dégradation se concrétise à travers un mouvement de résistance des personnels (syndiqués et non syndiqués) qui s’est baptisé « Convergence des Hôpitaux en Lutte contre l’Hôstérité » 

Cette résistance prendra la forme d’une première manifestation nationale à Paris le 23 septembre 2014 pour alerter l’opinion publique et construire un mouvement en capacité d’inverser les politiques actuellement menées au détriment de l’organisation des soins de service public. 

Notre Dame des Landes : loin des rodomontades des va-t-en guerre socialistes et de leurs affidés patronaux, le temps des semailles


« Je continue à me mobiliser pour la construction du nouvel aéroport », affirme Johanna Rolland, maire PS de Nantes dans un entretien à Ouest France en date du 4 septembre. « J’ai écrit au Premier Ministre pour que les engagements soient respectés. Le maître d’ouvrage, c’est l’Etat. On attend le lancement des travaux, notamment routiers », insiste Jacques Auxiette, Président PS de la Région Pays de Loire également dans Ouest France du 4 septembre. 

Réponse immédiate de la députée PS Marie Françoise Clergeau, sur sa page Facebook, pour affirmer que le gouvernement n'a pas renoncé au projet d'aéroport de Notre-Dame des Landes et qu’il est même convaincu de sa "pertinence sociale, économique et environnementale"

vendredi 5 septembre 2014

"Notre responsabilité, c’est de redonner envie et goût à la politique", par Clémentine Autain


Cette rentrée est assez stupéfiante. Je ne vais pas vous refaire le film, qui ressemble plutôt à une mauvais théâtre de boulevard, mais l’essentiel est là : François Hollande et Manuel Valls ont choisi de trancher, d’aller « plus fort, plus vite », de renforcer une politique libérale qui tourne le dos aux valeurs de la gauche. Et pendant ce temps-là, le chômage a augmenté de 0,8% en juillet et la bourse a clôturé en hausse le jour du remaniement. 

Que le Premier Ministre choisisse l’université d’été du Medef pour sa première sortie après son coup de force est signifiant. Et qu’il s’y fasse ovationné, notamment en critiquant une partie de sa propre organisation politique, les « frondeurs » du PS, l’est tout autant. 

Solidarité avec Najat Vallaud Belkacem


Depuis sa nomination au ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Najat Vallaud Belkacem subit une volée d’attaques et d’injures sexistes, racistes, misogynes, émanant à la fois de certains membres du personnel politique, de certains médias, de certains sites internet, de certains individus ou groupes s’exprimant sur les réseaux sociaux. 

Elle est attaquée et injuriée sous divers angles : pour ce qu’elle pense, pour ce qu’elle a fait en tant que ministre des droits des femmes, pour ce qu’elle est, une jeune femme française d’origine marocaine. Sont ainsi visés ses idées, son action, son parcours, sa personne. 

Nous tenons à affirmer notre entière solidarité avec Najat Vallaud Belkacem, conscientes qu’à travers elle, est aussi gravement mis en cause ce que doit être l’égalité républicaine, c’est-à-dire l’égalité entre les sexes, entre les origines, entre les personnes. 

Rebsamen contrôle les chômeurs… Nous avons contrôlé Rebsamen ! , par Patrick Saurin


Après avoir préconisé en mai dernier un moratoire sur les seuils sociaux[2], seuils considérés par les patrons comme des « freins à l’embauche », François Rebsamen, ministre du Travail, de l’Emploi et du Dialogue Social, vient de s’illustrer une nouvelle fois en demandant à Pôle emploi « de renforcer les contrôles pour être sûr que les gens cherchent bien un emploi ». 

En clair, il y aurait des chômeurs qui abusent, profitent et contribuent à creuser le déficit du pays. Et le ministre de réclamer « un état d’esprit différent » se traduisant par « des convocations, des vérifications, […] sinon on est radié ». Ainsi, la préoccupation du ministre n’est pas de lutter contre le chômage et faire en sorte que des emplois soient proposés aux travailleurs qui en sont privés, mais de mettre l’accent sur le contrôle des chômeurs et sur la sanction le cas échéant. Les propos tenus par François Rebsamen sont tout à la fois scandaleux, malhonnêtes et déplacés au vu de l’absence d’exemplarité dont fait preuve l’intéressé comme nous allons le démontrer dans les lignes qui suivent.

A la veille de la réunion nationale du Front de Gauche, l'analyse d'Ensemble sur la crise politique actuelle...


La rentrée est dominée par une crise politique, de la majorité et au niveau gouvernemental, qui redistribue bien des cartes. A la veille de rendez-vous importants pour le FdG – réunion nationale du 6 septembre, Fête de l'Humanité – Ensemble ! voudrait préciser ses analyses. Il ne s'agit pas à cette étape d'élaborer un texte de redéfinition de la stratégie à mettre en œuvre, mais de mettre en cohérence quelques éléments d'analyse de la situation présente et de propositions politiques et organisationnelles pour le FdG. 

1- L'actuel changement de gouvernement représente une nouvelle étape dans le processus de crise politique que connaît le pays. Cette dernière est appelée à s’approfondir : le surcroît d'autoritarisme affiché, loin d'y apporter une solution ne fait que l'aggraver. 

jeudi 4 septembre 2014

Ensemble ! : L’aiguillon du rassemblement - article paru dans Politis


Au sortir de sa première université d’été, le jeune mouvement, troisième composante du Front de gauche, se doit de forcer le pas alors que l’avenir de ce dernier est en question. 

Dès le débat inaugural de la première université d’été de sa jeune histoire, le mouvement Ensemble !, troisième pôle du Front de gauche, s’est placé devant le miroir. Plus de 200 militants avaient pris leurs quartiers, du 25 au 28 août, dans les locaux de la faculté de lettres du campus de l’université de Pau. 

« Pas mal, pour des dates aussi mal ficelées », juge Jean-François Pellissier, l’un des porte-parole (issu des Alternatifs), qui se justifie : « Nous avons voulu rester disponibles jusqu’au dernier moment pour la tenue d’éventuelles journées de travail communes du Front de gauche. Mais aucune réponse n’est venue de nos partenaires, ni du Parti communiste [PCF] ni du Parti de gauche [PG]. »